août 16, 2022

Jeu de combinaisons abstrait

Le jeu de Dames au-delà d'être un jeu de société est un jeu de combinaisons abstrait pour deux joueurs.

Historique

Le jeu de dames est issu du transfert, au XIVe siècle en Europe, de l'alquerque sur un échiquier de 64 cases. Ce sont les Arabes, au Moyen Âge, qui introduisirent l'alquerque dans la Péninsule ibérique. Ce jeu, appelé aussi «marelle de douze », aux règles très proches de celles du jeu de dames, était déjà joué dans l'Égypte antique, vers -1500 av. J.-C. Une fois établi sur un damier à soixante-quatre cases, le jeu diffusa en France, en Angleterre, en Pologne, etc. Une littérature apparaît en Espagne aux XVIe et XVIIe siècle chez des auteurs comme Lorenzo Valls, Juan de Timoneda et Juan Garcia Canaléjas. L'actuel jeu sur cent cases est apparu en Hollande dans la seconde moitié du XVIe siècle sous la dénomination de jeu de dames « à la polonaise ». Qualificatif servant à le distinguer du jeu d'origine et à en souligner le côté original. Cette nouvelle variante est introduite en France au début du XVIIIe siècle. Elle acquiert ses lettres de noblesse, à partir de 1770, grâce aux livres de Manoury qui en vulgarise la richesse combinatoire. Encadré depuis par une importante littérature, et par sa pratique régulière au sein de clubs, appelés « damiers », le jeu s'est imposé comme un des grands jeux de réflexion et sports de l'esprit. La Fédération mondiale, fondée en 1947, regroupe aujourd'hui soixante-dix-sept nations, issues des cinq continents.

But du jeu

Capturer ou immobiliser les pièces de son adversaire. Le damier classique à cent cases est un tablier de 10 cases sur 10 de deux couleurs alternées, une claire et une sombre.

Deux équipes de 20 pions.

Certaines variantes de ce jeu utilisent des damiers de 64 cases (8 sur 8) et 144 cases (12 sur 12).

Préparation

Le damier est disposé de sorte que la case en bas à gauche soit de la couleur foncée. Chaque joueur place ses pions sur les cases de couleur foncée. Avant le début d'une partie, il y a donc deux rangées au milieu du damier qui sont vides et séparent les deux camps. Ce sont les Blancs qui commencent la partie.

Règles du jeu

"La notation Manoury".

Afin de représenter les coups joués, et ainsi de noter une partie, les cases utilisées du damier sont numérotées de 1 à 50. En partant du côté des Noirs, on numérote de gauche à droite, et de haut en bas. Un tiret « - » représente un déplacement simple et une croix « x » ou « × » représente une prise. Les mouvements des Noirs sont indiqués entre parenthèses. Exemple : les Blancs jouent 26-21, les Noirs prennent (17x26). Comme aux échecs, on peut annoter un bon coup d'un point d'exclamation et un mauvais d'un point d'interrogation.

Le déplacement

Les pions se déplacent sur les diagonales, du joueur vers le joueur adverse. Ils ne se déplacent que d'une case à la fois sauf lorsqu'il y a une prise.

La dame peut se déplacer dans tous les sens d'autant de cases qu'elle le souhaite à partir du moment où elle suit les diagonales et qu'aucune pièce n'est sur sa trajectoire.

La prise est obligatoire et s'effectue aussi bien vers l'avant que vers l'arrière. Lorsqu'une case voisine sur la diagonale est occupée par un pion du joueur adverse, et qu'il y a une case libre derrière, ce pion doit être sauté. Il est ainsi pris et supprimé du jeu. On retrouve ce mécanisme de prise également dans un jeu traditionnel népalais, le Bagh Chal.

Le pion déplacé peut capturer plusieurs pions à partir du moment où il peut être posé sur le damier entre deux prises.

La dame prend comme le pion mais a l'avantage de pouvoir franchir plusieurs cases vides.

Une prise peut s'effectuer vers l'avant ou vers l'arrière. La prise majoritaire est obligatoire, c'est-à-dire que si les deux options sont possibles, on doit prendre trois pions de préférence à deux dames (en revanche, en cas d'égalité numérique, on peut choisir la prise à effectuer).

La dame peut s'arrêter, après sa dernière prise, sur la case de son choix, à condition qu'elle dispose de plusieurs cases libres.

Un même pion ne peut pas être pris plusieurs fois au cours d'une même rafle.

Il est interdit d'enlever les pions pris au fur et à mesure pendant une rafle : ils doivent impérativement être tous pris à la fin.

Vocabulaire du jeu

Remise : équivalent d'un match nul.

Pièce : un pion ou une dame.

« Pièce touchée, pièce jouée » : Toutefois, si elle n'a pas encore été lâchée, il est possible de la jouer sur n'importe quelle case où elle est jouable.

« J'adoube » : À prononcer pour avertir son adversaire qu'on souhaite toucher une ou plusieurs pièces, sans les jouer.

Pionner: échanger un pion contre un pion, deux contre deux, etc.

Rafle: succession de prises, d’une case de départ à celle d'arrivée.

Gambit: fait de sacrifier une ou plusieurs pièces volontairement pour obtenir un avantage positionnel.

Forcing: mouvement introduisant des menaces tactiques qui forcent le coup de l'adversaire.

Promotion: fait de transformer un pion en dame lorsqu'il termine son mouvement sur une des cases de la dernière rangée.

Promotion « en passant » (règle propre aux dames russes) : un pion devient une dame même s'il ne fait que passer au-dessus de la dernière rangée lors d'une rafle et que cette rafle n'est pas terminée.

Souffler: règle qui existait jusqu'au début du XXe siècle qui consistait à ôter du jeu la pièce qui aurait dû prendre. La cause de la non-prise pouvait être volontaire ou non. Elle fut modifiée en prise obligatoire majoritaire dans le jeu international.

Forcer: le joueur peut forcer l'adversaire à reprendre un coup illégal.

Laisser faire : un coup illégal est validé dès que l'adversaire a joué son coup sans avoir demandé de rejouer le coup fautif.

Avoir le trait : devoir jouer.

Trait aux Blancs : aux Blancs de jouer.

Les variantes nationales

Le jeu de dames autrefois appelé français ou à la polonaise, est aujourd'hui appelé jeu de dames international. Les règles des jeux dits brésilien et canadien ne diffèrent du jeu international que par la taille.

Compétition

La Fédération mondiale du jeu de dames, regroupant soixante-dix-sept pays, tient à jour le classement international et accorde les titres de maître et grand maître international. Elle organise également les championnats mondiaux.

"Championnat du monde de dame".

Le titre suprême sur cent cases et à cadence lente a été reconquis en janvier 2022 par le Néerlandais Roel Boomstra dans un match contre Alexander Schwarzman. C'est son troisième titre. Avec eux, ces trente dernières années, seuls les Russes Alexander Georgiev et Alexeï Tchijov ainsi que le Letton Guntis Valneris ont été champion du monde. Chez les femmes, la championne du monde 2021 est la Russe et Iakoute Matrena Nogovitsyna. Ses cinq dernières prédécesseures sont sa compatriote Tamara Tansykkuzhina, la Polonaise Natalia Sadowska, la Lettonne Zoja Golubeva et l'Ukrainienne Darya Tkachenko.

Comment gagner aux dames

Pour gagner une dame, il suffit simplement de déplacer quelques pions vers un endroit du Damier où l'autre joueur a peu de pièces ou  vers un emplacement où la position de ses pions n'est pas structurée. Protéger les pions qui attaquent et être prêt à faire quelques sacrifices qui vous mèneront à la victoire.

 


LISTE VIP